Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

10/04/2013

Jeudi 11 Avril Meeting contre l'austérité avec Clementine Autin, OLivier Dartignoles, David Hermet et Jean Luc Mélenchon

le Jeudi 11 Avril à Montpellier
Meeting du Front de Gauche
contre l'Austérité
Avec Clémentine Autin, OLivier Dartignolles, David Hermet, et Jean Luc Mélenchon

pour obtenir le tract
cliquez sur Meeting

austérité,meeting de montpellier,front de gauche


Commentaires

Lu dans le CLUB MEDIAPART
Quand un député découvre sur twitter qu'il a voté pour l'ANI


Un curieux échange à eu lieu sur twitter dans lequel une personne mettait en cause le député PS de l'Hérault Sébastien Dejana pour son vote sur l' Accord national interprofessionnel (ANI).

Celui-ci, apparemment étonné d'avoir voter pour ce projet, se défend en indiquant qu'il s'agit d' un mécanisme de délégation de vote automatique de son groupe.

Or l'article 27 de la constitution stipule que

« Le droit de vote des membres du Parlement est personnel. »

et que « La loi organique peut autoriser exceptionnellement la délégation de vote. Dans ce cas, nul ne peut recevoir délégation de plus d'un mandat. »



Quel est donc ce curieux mécanisme de délégation de vote automatique de groupe? Comment ce système peut-il être conforme à la Constitution ? Sur un projet de loi aussi sensible que l'Ani, comment un député peut-il affirmer avoir voté à l'insu de son plein gré ?



Le désaveu que subisse chaque jour un peu plus les politiques ne provient-il pas de ces petits arrangements ?

Écrit par : henri | 10/04/2013

Information du Comité Citoyen de Frontignan/La Peyrade - article adressé à la presse:
« L’eau n’est pas une marchandise »

Pendant la campagne des élections Présidentielles et Législatives de 2012, le Comité Citoyen du Front de Gauche de Frontignan/La Peyrade avait organisé un débat sur le thème « L’eau n’est pas une marchandise » et un engagement avait été pris par les participants d’interpeller tous les acteurs de la filière eau, en particulier les élus locaux.

Nous avons tenu nos engagements puisque par courrier en date du 20 novembre 2012, Pierre BOULDOIRE, Maire de Frontigan/La Peyrade a été non seulement informé de notre démarche mais aussi de nos attentes face à un accès à l’eau pour tous et la proposition de lancer à l’échelle de la Commune des initiatives pour un retour en régie des services délégués de l’eau potable et de l’assainissement.

Malheureusement à ce jour aucune réponse à notre courrier n’a été reçue mais nous continuons l’information des citoyens sur ce sujet sensible.

Malgré tout, nous avons constaté une évolution sur la politique menée par le Syndicat intercommunal d’adduction d’eau potable (SAEP), qui regroupe les villes de Frontignan, Balaruc-le-Vieux et Balaruc-les-Bains qui a négocié avec le délégataire une baisse de 12 % du m³ d’eau au 1er janvier 2013.

Même si cette négociation est bénéfique pour l’abonné, cette avancée est assez négligeable par rapport aux avantages retirés par le délégataire depuis 90 ans et se justifie par un rendement de production d’eau potable déficient (63 % aujourd’hui et un objectif de 73 % d’ici 2017).

Le contrat de l’eau potable se termine après les élections municipales notre objectif est le retour en régie municipale.

Nous affirmons que la régie municipale en droit est la règle, la délégation de service public l’exception, le service public est en mesure d’alimenter et de distribuer l’eau potable dans de meilleures conditions que les entreprises privées.

En effet, la gestion publique est garante du paiement du juste prix, les budgets annexes de l’eau et de l’assainissement sont présentés en équilibre pour les investissements et l’exploitation à l’inverse des comptes des délégataires qui sont opaques, où des charges non seulement locales sont facturées aux abonnés et des dividendes reversés aux actionnaires.

En outre, la constante des délégations du service public de l’eau est un mauvais entretien du réseau et des évolutions tarifaires toujours à la hausse en fonction des formules contractuelles de révision des prix, la gestion publique met fin à ces tarifications avec un prix équilibré annuellement en fonction des besoins et la possibilité de baisses tarifaires.

Le service public est aussi porteur d’innovation et d’éducation de l’usager à l’inverse des délégataires qui ont comme seule démarche commerciale de couvrir l’usager par la souscription d’une assurance pour fuites d’eau sans se soucier de la mission de service public confiée.

L’abonné n’est pas un client mais un usager, nous proposons un accès obligatoire à l’eau potable, la gratuité pour les trois premiers litres d’eau par jour et par personne, ainsi qu’un système de tarification progressive selon la consommation et différenciée pour les familles, les entreprises, les administrations et les collectivités, une amélioration de la qualité du service, de l’emploi du personnel, des actions pour économiser l’eau, un accès du public à toutes les informations sur le service, et son association à ses principales évolutions grâce à un comité des usagers.

Nous proposons comme le préconise un rapport Sénatorial le rapprochement des Communes et des Syndicats Intercommunaux avec les services du Conseil Général chargés de la politique de l’eau et de l’assainissement qui ont une forte expertise en la matière en vue de déterminer une tarification unique de l’eau potable à l’échelle départementale.

Il est évident que cette question est primordiale pour notre Comité Citoyen à l’approche des élections municipales comme sur d’autres questions telles la résistance aux politiques d’austérité, la relance de l’emploi, le rôle de la Banque Centrale Européenne, la financiarisation des services publics, l’acte III de la décentralisation avec l’émergence des métropoles régionales et européennes au détriment des départements et des communes.

Écrit par : henri | 10/04/2013

J'incite tous ceux qui veulent que les services de l'eau et de l'assainissement ne soient pas libéralisés, à participer à la première initiative citoyenne européenne. A ce jour 1,4 million de signatures a été recueilli en Europe mais seulement 9000 en France alors qu'il en faudrait 55000 pour que la pétition soit validée à l'échelle nationale avant le mois d'août.

L'objectif est d'inviter la Commission Européenne à proposer une législation qui fasse du droit à l'eau et à son assainissement un droit humain au sens que lui donnent les Nations Unies, et à promouvoir la fourniture d'eau et l'assainissement en tant que services publics essentiels pour tous.

Comment participer à cette initiative:

site : www.spterritoriaux.cgt.fr ou www.right2water.eu

Se munir de sa carte nationale d'identité ou passeport, le numéro de ces pièces étant obligatoires pour participer officiellement à cette initiative.

Écrit par : henri | 24/04/2013

Les commentaires sont fermés.